Le bon sens

Quand je regarde les médias ou les publications spécialisées en matière de santé, j’avoue que je suis perplexe. Que faire ? Qui croire ? Entre les adeptes du paléo, les végétaliens, les sportifs de l’extrême et les adeptes de la méditation, on trouve tout et son contraire.

En matière de santé comme pour tout le reste, il est essentiel de faire preuve de bon sens. Ce n’est pas parce que quelqu’un vous donne un conseil qu’il faut le suivre aveuglément.

Il y a bien quelques vérités incontournables, fumer ne va jamais faire du bien à votre corps, et boire des sodas non plus. Mais pour le reste, je vous suggère de découvrir ce qui est réellement bénéfique pour vous, et uniquement pour vous.

La planification de la journée

Actuellement, la grande mode parmi les coaches en développement personnel est le lever aux aurores, voire même bien avant. Je pense notamment au rituel du Miracle Morning, très en vogue en ce moment.

Bien sûr c’est très avantageux du point de vue de la productivité, avant neuf heures vous avez déjà accompli une demi-journée de travail, et si vous continuez ainsi vous pouvez nettement améliorer vos résultats. En théorie du moins.

Il ne faut pas oublier que chacun a ses propres besoins en matière de sommeil et de rythme de vie.

Par exemple, les adolescents ont tendance à se coucher tard et à dormir très longtemps  dans la matinée, ceci de façon tout à fait naturelle. Les personnes âgées, par contre, vont plus facilement se réveiller avec le chant du coq.

Vouloir aller à l’encontre de son rythme biologique est un non-sens. Non seulement on stresse son organisme, mais on agit aussi défavorablement sur son moral. Résultat des courses, on se fait beaucoup plus de mal que de bien.

Pour savoir quel est votre rythme biologique idéal, je vous suggère de faire l’essai durant une période de vacances calmes. Ou sur un long week-end. Le soir, entre 21 heures et une heure du matin, allez vous coucher dès que vous ressentez les premiers signes de fatigue. Et autorisez-vous à vous réveiller naturellement. Au bout de quelques jours, vous vous apercevrez qu’il y a une tranche horaire et une durée de sommeil idéales qui vous permettent de vous sentir bien. Il ne vous reste plus qu’à respecter ce rythme la majorité du temps.

Pour ceux qui ont un travail salarié avec un horaire imposé, parfois aussi de nuit, il est clair que vous n’avez pas trop le choix dans l’immédiat. Mais si vous commencez à souffrir de problèmes de santé, il serait peut-être temps de songer à un aménagement ou une reconversion qui soit plus respectueuse de votre rythme biologique.

Autre chose essentielle à prendre en compte, votre énergie.

Certaines personnes sont hyperactives et ne s’arrêtent jamais. Il leur faut toujours une tâche à accomplir et un entourage à qui parler.

D’autres sont beaucoup plus calmes et contemplatives, et trop d’activités va littéralement les épuiser.

Il est donc évident que ces personnes ne peuvent pas avoir le même genre de travail et le même rythme de vie. Aucune de ces façons d’être n’est préférable à une autre. Il vous faut juste trouver le mode de fonctionnement qui vous permet de vous épanouir et de donner le meilleur de vous-mêmes.

Autre mythe, l’alimentation. 

Ce qui me dérange, c’est que chaque courant de pensée présente sa méthode comme étant la seule valable et digne d’intérêt. Et que forcément, ceux qui ne suivent pas le mouvement sont dans l’erreur.

La médecine chinoise recommande de cuire presque tout alors que les crudivores ne jurent que par l’alimentation crue et non transformée. Les adeptes du paléo vous conseillent de consommer beaucoup de produits animaux alors que les végétaliens considèrent cela comme contre nature. Certains vous conseilleront de jeuner régulièrement alors que d’autres diront qu’il faut manger toutes quatre heures pour éviter les fringales.

On trouve encore des diététiciens qui vous martèlent qu’il faut consommer beaucoup de produits laitiers. Or la plupart des habitants des pays occidentaux sont intolérants au lactose. Sans compter les problèmes causés par la caséine, et le fait que les pays consommant le plus de produits laitiers sont aussi ceux qui ont le plus d’ostéoporose. Consommer beaucoup de lait est donc un non-sens.

Bien sûr, il ne s’agit pas non plus de devenir extrémiste. Si vous supportez de temps en temps un dessert lacté ou un morceau de fromage, faites-vous plaisir, mais si vous ne le supportez pas, de grâce arrêtez, et surtout ne vous rabattez pas sur les produits dont on a enlevé le lactose.

Il en va de même avec tous les aliments.

Certaines personnes ne supportent pas une grande quantité de fibres, donc manger beaucoup de crudités à chaque repas ne va pas leur faire du bien. Idem pour les fruits.

Le jus de citron et la tomate regorgent de bons nutriments, mais pour les personnes qui ont un problème à synthétiser les acides, ils sont plus nocifs que bénéfiques.

Pendant quinze jours, notez dans une colonne tous les aliments que vous mangez, ainsi que l’heure de la prise de nourriture. En face, notez comment vous vous sentez au fil de la journée. Vous allez vite repérez si un repas vous donne la pêche ou au contraire plombe votre énergie.

Pour faciliter les choses, je vous suggère de faire des repas simples, comportant peu d’ingrédients, afin d’identifier plus facilement si un aliment pose problème.

Et qu’en est-il du sport ?

Le sport est essentiel pour une bonne santé, mais encore faut-il savoir lequel. Il faut savoir choisir une activité adaptée à vos possibilités.

Si vous avez déjà tendance à avoir le dos voûté, il n’est pas idéal de faire du vélo avec un guidon placé plus bas que la selle.

Si vous souffrez d’arthrose avancée, la natation sera bien plus indiquée que le squash.

Et si vous avez des problèmes cardiaques, demandez conseil avant d’aller faire un trek dans l’Himalaya.

Votre morphologie vous donne aussi de précieuses indications, selon que vous soyez grand ou petit, léger ou baraqué. Pour s’en rendre compte, comparez par exemple les sprinters aux marathoniens et les basketteurs aux jockeys.

Choisissez en priorité ce qui vous fait plaisir, en équipe ou en individuel, en salle ou en extérieur, en endurance ou en sprint. Le plaisir est la clé du succès pour tenir sur le long terme.

De même, si vous n’avez jamais fait de sport de votre vie, commencez très modérément. Sinon vous allez vous dégoûter, et même vous blesser. Si vous souffrez d’une quelconque pathologie, le sport sera toujours bénéfique, mais demandez à votre médecin de vous conseiller sur la meilleure façon de débuter. Ne vous lancez pas pour faire plaisir à un ami et ne vous comparez pas aux autres, la vie n’est pas une compétition.

Le bon sens doit être appliqué à chaque domaine de votre vie,

que ce soit la santé, le travail, les relations sociales, la politique ou la religion. Ne laissez jamais personne décider à votre place ce qui est bon pour vous.

Soyez curieux, renseignez-vous, et si vous découvrez une nouvelle tendance, posez-vous toujours la question : « est-ce que ça me parle, est-ce que ce serait bien pour moi ? »

Si la réponse est oui, alors expérimentez. Si tout se passe bien vous aurez découvert une nouvelle façon de prendre soin de votre santé. Et si cela n’est pas le cas, passez tout simplement à autre chose.

« Les mots peuvent aider à comprendre quelque chose mais l’expérience permet de savoir. N’échangez jamais votre propre expérience contre les paroles de quelqu’un sur quoi que ce soit d’important. »

Neale Donald Walch

 

By | 2017-07-24T17:36:46+00:00 juillet 24th, 2017|Non classé|0 Comments

Laisser un commentaire

*